avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 3:10
Caleigh Faron
Célibataire
Hétérosexuelle
Médecin
34 ans
Métamorphe


Just because something seems impossible doesn't make it untrue


Meet me
Caleigh
Le personnage
Je suis médecin. Mon métier ne me définit pas et pourtant, il est un résumé non exhaustif de ma personnalité. Dans les grandes lignes, je suis curieuse, ouverte d'esprit sur tous les sujets qui peuvent m'intéresser, cherchant le comment du pourquoi, à comprendre et saisir ce qui a priori m'échappe et m'intrigue. Je suis sérieuse et responsable, peu apte à foncer tête baisser pour aller me cogner contre le mur d'en face. J'ai besoin de prendre le temps. Celui de la réflexion. Celui de la maturation également. Pas indécise, mais prudente et obsédée par l'idée de garder le contrôle en parant à toutes les éventualités possibles. Pas figée et inactive, mais capable de garder la tête froide et de ne pas agir ou réagir de façon émotive.

Indépendante du coup, insensible à l'engouement populaire, à suivre aveuglément un mouvement ou une idée par complaisance ou par loyauté envers ma communauté. J'ai été élevée dans l'idée qu'une opinion se forgeait par soi-même, qu'une idée se critiquait de façon constructive afin de déterminer si, oui ou non, elle méritait qu'on la partage. Je n'en suis pas moins loyale qu'une autre, mais je choisis mes combats sans m'occuper de ceux des autres. Je reste loin de la politique qui n'est à mes yeux qu'argent, hypocrisie, manipulation et pouvoir. Un jeu de dupes.

Je ne suis pas à l'abri d'une erreur ou d'un préjugé et il m'arrive de me tromper, de mal interpréter une situation ou une conversation. Je suis trop bornée pour revenir en arrière et fuir les conséquences de mes actions. Je ne le suis pas assez pour ne pas tenter de les corriger en évitant de les répéter pour commencer. J'ai un humour froid, un caractère qui peut sembler hautain et distant par moments, mais qui me connaît un peu sait que ce n'est qu'un masque. Dépourvue de ce dernier, je suis sociable, amicale, souriante, bonne vivante.

Je le reste tant qu'on ne m'attaque pas dans le dos, tant qu'on ne touche pas à ce qui me tient à coeur, tant qu'on ne tente pas de me voler, de me trahir ou encore de me pousser dans mes retranchements. Lorsque cela arrive, mes instincts animaux reprennent le dessus, me poussant à sortir les griffes et les crocs, à guetter ma proie en attendant le moment idéal où je pourrais l'acculer et lui faire regretter d'être devenue mon ennemie. Que ce soit dit, il n'y a que les mâles qui sont paresseux dans notre caste. Rancunière et tenace donc, pour faire au plus simple. J'aime avec passion, je déteste jusqu'à l'obsession également.  

Je crois en ce que je fais, en ce que je peux faire pour autrui aussi. Je crois fermement que tout le monde, peu importe son appartenance, sa race, son statut, mérite d'être soigné sur un pied d'égalité. Dans un monde comme le nôtre, rien ne devrait s'opposer à la survie, l'argent encore moins que tout autre considération. Le contraire me frustre et m'horripile au plus haut point. Mais je suis lucide. Je n'ai pas le pouvoir de changer les choses dans ce domaine. Tout ce que je peux faire à mon échelle, c'est gagner suffisamment ma vie en travaillant dans un hôpital pour pouvoir offrir mon aide quelques heures dans un dispensaire où je me sens véritablement utile. Je l'accepte et je m'en accommode du mieux possible.
Capacité(s)
Comme tout métamorphe de ma caste, je suis capable de prendre la forme d'une lionne quand je me transforme. Je maîtrise assez bien celle-ci, même si je déteste les premiers signes avant coureur qui se manifestent juste avant que ça ne commence, même si je trouve toujours aussi insupportable la douleur qui l'accompagne lors que mon anatomie se modifie pour prendre l'apparence du prédateur. Elle est bien moins vive qu'aux premières transformations, tout comme il est bien moins déstabilisant aujourd'hui de contempler mon reflet sous cette forme que lors des premiers jours où j'avais cette sensation dérangeante de faire face à une inconnue.

D'un point de vue purement physique, je gagne en agilité, en souplesse et en vitesse sous cette forme. Mon endurance augmente ainsi que mes réflexes et mes instincts prennent rapidement le dessus. Sous cette forme, plusieurs de mes sens sont plus développés. L'odorat pour commencer. Il le permet de déceler rapidement un parfum dans mon environnement proche, de reconnaître l'odeur de la peur, celle de la mort également. L'ouïe ensuite. Certains sons restés inaudibles sous forme humaine me résonnent aux oreilles quand je suis une lionne. J'ignore la distance exacte que je peux couvrir, mais la portée est plus longue, je pourrais en jurer. La vue enfin. Là où j'aurai du mal à me diriger en pleine nuit en marchant sur mes deux jambes, je suis capable de me faufiler sans mal de nuit sur mes quatre pattes. J'y vois aussi clair qu'en plein jour, peut-être même mieux, capable de repérer tout mouvement proche avec une précision redoutable.

Humaine, je conserve cette ouïe un peu plus fine. C'est extrêmement utile dans mon métier et cela me permet parfois de poser un début de diagnostic après avoir entendu des conversations chuchotées, qui ne m'étaient pas destinées, entre un patient et ses proches. Je n'ai toutefois pas l'impudence de me faire totalement confiance et préfère vérifier mon idée par le biais de la technologique dont nous disposons dans la cité. D'un autre côté, c'est aussi agaçant quand je souhaite une bonne nuit de sommeil et que je me réveille au moindre bruit incongru en plein milieu de la nuit. Le défaut d'une capacité peut vous rendre mal lunée.

Je pense également être plus capable de reconnaître un prédateur qu'en j'en croise un, de sentir d'instinct si quelqu'un représente une menace pour moi ou si au contraire, je n'ai à priori rien à craindre de lui. Physiquement du moins. Malheureusement, l'instinct du lion ne me permet pas encore d'éviter les imbéciles heureux et les toquards arrogants qui vont me faire perdre mon temps.
Caleigh Faron


Chère vie, Quand je dis que ma journée " Ne peut pas être pire ", c'est une remarque, pas un défi.


D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais rien connu d'autre que ce dôme, que la cité de Mû. J'y suis née dans une famille de Métamorphes lions il y a trente-quatre ans déjà. Un père, une mère, deux frères aînés et une petite sœur, tous capables de se transformer pour prendre la forme de cet animal. Ni riches, ni pauvres, nous ne vivions pas dans l'opulence, mais nous étions une famille heureuse et unie malgré les difficultés que nous pouvions rencontrer. Quelque part, je crois pouvoir dire que mon enfance est le recueil de mes plus belles années, celles de l'insouciance, de la joie de vivre et du sentiment que rien n'est impossible, que tous les espoirs sont permis et ne coûtent pas un crédit.

Il faudra attendre l'adolescence pour que les choses se corsent un peu. D'abord pour mes deux frères qui après avoir passé le cap des seize ans et acquis la capacité de se transformer n'ont rien trouvé de mieux que de se faire remarquer chacun à leur tour en commentant les pires bêtises possibles. Par jeu, par ennui, par dépit peut-être aussi, ils ont commis de petits larcins par ci, fréquentés des truands en culottes courtes par là. L'aîné s'est fait arrêter plusieurs fois et après avoir découvert le sort attendu par les criminels les plus tendres, il a fini par se calmer et se reprendre en main. Le cadet par contre était trop intelligent pour son propre bien, trop bon et trop loyal aussi pour balancer contre ses pseudos amis. Il a sombré peu à peu, jour après jour pourrais-je dire. Trop profondément pour pouvoir remonter et changer de vie à bien y réfléchir.

Plus âgée, plus mature, aurais-je pu lui venir en aide ? Je me débattais avec mes propres problèmes liés à la transformation. C'était et ça reste un cap compliqué pour tous les Métamorphes, mais j'avais beaucoup de mal à supporter la douleur, le craquement des os, l'impression insoutenable que mon cerveau, mes organes et ma peau se tordaient dans tous les sens et que je finirais déchiqueter ou broyer. Certains nous envient de posséder cette anomalie génétique qui nous permet de prendre la forme d'un animal. Quelle blague ! Savent-ils seulement ce qu'on ressent ? J'avais l'impression d'être en enfer et de mourir, mais la douleur éprouvée avait tôt fait de me convaincre du contraire. Quand j'appelais la mort de tout mon être, ne pouvant plus la supporter, on m'accordait un instant de répit avant de convulser à nouveau, les entrailles étirées, tordues au même titre que chaque fibre qui me constituait.

Je savais que lutter rendait la transformation plus difficile, que tenter de la fuir ne faisait que compliquer celle-ci, mais il y avait aussi quelque chose de terrible à faire face à un visage, une apparence complètement animale et réaliser que c'était bien mon reflet que je contemplais dans un miroir, mes crocs que ma langue caressait, mon pelage qui me recouvrait. J'étais à l'âge ingrat, au sens propre comme au figuré et trop nombriliste pour réaliser que le monde ne tournait pas autour de ma petite personne, que d'autres se débattaient aussi avec leurs consciences et leurs problèmes, autrement plus importants que les miens. Comme ce frère à qui je pouvais tout confier, qui accueillait mes bavardages insignifiants avec une sagesse bienveillante et me rassurait quand c'était lui qui avait le plus besoin de soutien en réalité.

J'avais dix-sept ans la première fois qu'il fut emmené pour faire des travaux d'intérêt généraux. J'en avais dix-neuf quand il fut exilé hors de la cité, jugé irrécupérable lors de son procès. Je n'ai jamais pu oublier notre dernière conversation qui portait sur le monde à l'extérieur du dôme, sur ces récits qu'on trouvait dans les livres d'histoire qui narraient le monde tel qu'il était autrefois. Lui et moi partagions le rêve impossible de pouvoir voyager dans le temps et découvrir celui-ci, marcher au grand air sans dôme au-dessus de la tête, nager dans ces océans qui jadis recouvraient une grande partie de la planète. Je chéris toujours ce rêve et j'y repense très souvent quand l'absence de mon frère se fait sentir cruellement. Je me leurre, l'imaginant vivant quelque part au-delà de la cité de Mû. Je sais pertinemment qu'il n'a pas survécu avec le peu d'air et de nourriture qu'on lui a placé entre les mains avant de le pousser hors des murs de la cité. Seulement, je refuse de penser à lui comme à un mort, même aujourd'hui !

Dans un certain sens, le choix de la médecine vient en partie de cette perte. Vouloir donner un vrai sens à mon existence, être utile à quelqu'un, être là au bon moment et pouvoir agir efficacement aussi. Grâce à la technologie, l'apprentissage de la théorie s'effectuait par le biais de casques et d'écran qu'il fallait fixer parfois plusieurs heures d'affilées. Un gavage numérique qui s'incrustait dans les pupilles, qui pénétrait dans le cerveau et emmagasinait le savoir en dix fois moins de temps qu'en lisant ou relisant encore des manuels d'études. Pour la pratique, passé les premiers patients virtuels à qui il est impossible de faire le moindre mal, où les erreurs sont encore permises, elle s'effectue dans un établissement bien réel. Certes, la technologie est toujours bien présente, mais elle devient un outil d'assistance pour peu qu'on ne s'en remette pas uniquement à elle.

C'était mon choix, ma façon de pratiquer la médecine en tout cas. Je ne voulais pas devenir dépendante, incapable d'agir et de soigner si elle n'était pas à la portée de ma main. J'avais la chance d'avoir un directeur d'études qui mettait en avant l'humain avant la machine, qui pensait que la pratique était bien plus efficace que la théorie également. Au bout du compte, si j'étais diplômée en quelques années en médecine, je ne me considérais comme tel qu'une décennie plus tard. J'avais largement eu le temps de faire mes armes, de prendre conscience du grand nombre d'inégalités qui existaient en matière de soins de santé. Je ne comptais plus le nombre de patients renvoyés chez eux après n'avoir pu effectuer que le strict minimum faute d'avoir les crédits nécessaires pour pouvoir guérir correctement.

La frustration a laissé place à l'agacement, à un sentiment d'injustice. Autrefois, un médecin était tenu par le serment d'Hippocrate qu'on ne trouve plus que dans les livres. Aujourd'hui, ce sont les crédits qui régissent la santé comme tout le reste ou presque. Pas pour moi, pas encore. Je me suis promis de rester fidèle aux raisons qui m'ont fait choisir cette profession, de soigner qui a besoin, peu importe sa race, son statut ou son revenu. L'hôpital est mon gagne-pain. Mon salaire me permet de vivre correctement, de pouvoir aider ma petite sœur ou mon frère aîné en cas de pépin. Ma vocation, je l'exerce véritablement dans un dispensaire qui ne paie pas de mine, mais où chaque patient reçoit les soins dont il a besoin, sans qu'aucune distinction ne soit faite entre les autres et lui. C'est à ma portée, et même si j'aspire à ce que la cité de Mû soit plus juste et plus équilibrée, je me contente pour l'instant de cette certitude, ne pouvant pas y faire grand chose.


Et toi alors?
Date de naissance: 28/09
Multicompte: Non
Comment nous-as-tu connu?: *pointe le doigt vers Lawrence* C'est sa faute !  Razz
Un petit mot à nous dire?: J'ai vraiment beaucoup aimé tout ce que j'ai vu, tout ce que j'ai lu et finalement j'ai craqué xD
Avatar: Olivia Wilde
Code:
Olivia Wilde | Caleigh Faron
Métier :
Code:
Médecin | Caleigh Faron
Don ou Pouvoir (si concerné) :
Code:
Branche concernée
- Métamorphe | Caleigh Faron


Dernière édition par Caleigh Faron le Mar 12 Juin - 11:35, édité 7 fois
avatar
Lawrence Chevaliers
Professeur à l'université
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/05/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 7:08
Bienvenue !

*Sautille de partout, fier de lui*

éwè je suis un "tentatueur" ! Very Happy

Merci pour le compliment concernant le forum !

Et bon courage pour ta fiche !

_________________
avatar
Nikolà Chevaliers
Artiste peintre
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 02/06/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 8:14
Le vile Lawrence mdr

Contente de te voir parmi nous! Bienvenue! Si tu as besoin, n'hésites pas Very Happy

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 10:59
Merci à vous deux ^^
Je n'hésiterais pas Nikolà.
Je réfléchis encore à la race de ma métamorphe xD
avatar
Lawrence Chevaliers
Professeur à l'université
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/05/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:01
J'ai le droit de dire que j'ai un lion, jonathan, sans lionne ? Au hasard, hein, juste comme ça... /PAN/

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:25
Sans lionne, c'est vite dit ! xD
avatar
Lawrence Chevaliers
Professeur à l'université
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/05/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:26
Je reformule ! Il est supposément marié mais il n'y a ni lionne ni pv de sa lionne sur le forum :p

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:40
Moi, ce que je voulais dire, c'est qu'un lion est rarement sans lionne dans le monde animal ^^

J'ai quelques questions. Vous préférez un MP ? Un sujet dans le coin invité ?
avatar
Lawrence Chevaliers
Professeur à l'université
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/05/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:42
envoie par mp va, et, selon, on rajoutera les réponses quelques part pour que ce soit utile aux autres ! ^^

(sans lionneS même xD)

EDIT mp le compte de lawrence c'est le plus pratique pour les mp ^^

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Dim 10 Juin - 11:56
Merci. C'est envoyé Wink
avatar
Nikolà Chevaliers
Artiste peintre
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 02/06/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Mar 12 Juin - 10:28
Coucou Caleigh, c'est moi qui vais m'occuper de modérer ta fiche de présentation! Very Happy -Ouai t'as de la chance t'échappe à Lawrence \o/-

D'abord, je tiens à dire que j'adore littéralement ta parfaite compréhension du BG et toute ton histoire qui se font si parfaitement dans l'univers! De plus, le caractère m'a fait voir littéralement une lionne et ça, c'est géant!!

Le seul petit hic se trouve dans la capacité, en effet, sous ta forme humaine, si tu gardes un instinct et un comportement du grand fauve, tu ne peux pas avoir une vue/ouie/odorat aussi fine que celle du lion, si tu veux, cependant, tu peux avoir un des sens plus aiguisé, mais de façon humaine Smile ça arrive à plein de gens d'avoir une bonne ouïe ou un bon odorat etc.  C'est la seule petite chose à changer! Smile

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Mar 12 Juin - 11:19
Bonjour,

Merci pour les compliments sur ma fiche Smile
Je comprends pour les sens à échelle humaine ^^ Du coup, est-ce qu'avoir l'oreille absolue serait acceptable ?
avatar
Nikolà Chevaliers
Artiste peintre
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 02/06/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Mar 12 Juin - 11:23
Et bien j'ai compris dans ta fiche que tu parlais de garder vision, ouïe et odorat aussi fort que quand tu étais lionne, du coup, non mais c'était possible de garder un des sens aussi fort que certains humains peuvent l'avoir -Y a des gens ils ont l'ouie fine genre-^^ Oreille absolue va parfaitement si tu le souhaites Smile

_________________
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Mar 12 Juin - 11:33
Tu as raison. Finalement, j'ai opté pour l'ouïe fine. C'est plus utile xDD

Humaine, je conserve cette ouïe un peu plus fine. C'est extrêmement utile dans mon métier et cela me permet parfois de poser un début diagnostic après avoir entendu des conversations chuchotées qui ne m'étaient pas destinées entre un patient et ses proches. Je n'ai toutefois pas l'impudence de me faire totalement confiance et préfère vérifier mon idée par le biais de la technologique dont nous disposons dans la cité. D'un autre côté, c'est aussi agaçant quand je souhaite une bonne nuit de sommeil et que je me réveille au moindre bruit incongru en plein milieu de la nuit. Le défaut d'une capacité peut vous rendre mal lunée. a écrit:

En espérant que ça te convienne Wink
avatar
Lawrence Chevaliers
Professeur à l'université
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/05/2018
MessageSujet: Re: Caleigh Faron Mar 12 Juin - 12:01
Oh le fail de bbcode ! XDDDDDD

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Caleigh Faron
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sub Firmamentum :: Les incontournables :: Les fiches :: Fiches validées :: Fiches métamorphes-
Sauter vers: